8h de route avec PSES

Il arrive parfois, de temps à autre, de devoir prendre le volant et de conduire longuement, que cela soit en raison de la distance ou des délais à cause d’un encombrement des routes. Personnellement cela ne m’arrive pas souvent, mais lorsque c’est le cas, je ne fais pas semblant ^^ Je me préparais donc à un peu plus de 800 kilomètres de routes, de nuit, par nationales et départementales plus que par autoroute (ça coûte cher !) : autant dire que j’en avais pour 8h facilement. Avec les nouvelles législations, il semble délicat de se caler quelques films pour faire passer le temps :p La radio peut être sympa, sous réserve de bénéficier d’une couverture permettant l’accès aux stations que l’on désire suivre, et que l’on soit dans un créneau horaire pertinent. Comme je roule de nuit dans ces cas là, la diversité des programmes est toute relative…  Reste à se caler de la musique à soi, et de se préparer une playlist en conséquence, ou alors d’essayer de meubler ce temps pour passer un petit moment instructif et sympa : une petite playlist de conférences. Mon modeste autoradio me permet l’insertion d’un support USB pour qu’il en lise le contenu, profitons-en.

A travers ce billet, qui évoquera quelques outils grands publics Windows mais qui n’ont pas de réel intérêt sinon d’en indiquer à ceux qui ne sauraient pas comment s’y prendre –les outils étant multiples et sans doute qu’il y en aurait de meilleurs, je vais expliquer ma méthodologie pour préparer cela. Et puis j’imagine que les puristes du son vont s’offusquer, et qu’il y aurait matière à faire quelque chose de très propre. Mais je ne connais pas grand-chose au son, je suis donc assez barbare sur le sujet :D La méthodologie m’apparaît plus importante pour bien se préparer. Certaines indications peuvent paraître évidentes, mais je ne me suis contraint parfois à les respecter qu’à l’usage, en constatant des soucis que je n’avais pas alors envisagés… Surtout quand on a un autoradio très rustique ^_^ : ce dernier permet bien l’accès à un support en USB, mais la navigation y est toute relative (pas d’avance et retour rapides sur le support numérique, juste choix des pistes, etc.), avec un affichage très restreint et une logique de lecture pas toujours évidente à appréhender.  Il vaut mieux donc se préparer convenablement pour garder l’aspect chronologique et pratique dans ce cas de figure très précis. Pour ceux disposant d’un outil plus moderne, ou même pouvant brancher en direct leur lecteur habituel en conservant les fonctionnalités de ce dernier, ce billet ne vous servira pas à grand-chose ^^

Je vous propose ce petit exercice avec les conférences-présentations de Pas Sage en Seine. Pourquoi celles-ci ? Parce que tout le monde n’a pas forcément accès à l’anglais parlé, que certaines conférences –même en français- ne restent accessibles qu’en suivant les diapositives de présentation associées, et que des propos peut-être trop techniques n’ont pas de réel intérêt sans le support vidéo dédié (ce qui est le cas aussi de certaines conf’ de PSES). Mais quelques conférences de ‘Pas Sage En Seine’ se prêtent bien à l’écoute audio et permettent de découvrir des propos, débats ou personnages de façon ludique. Les présentations-vidéos de PSES sont disponibles pour les années 2011 et 2010. sur la plate forme dédiée par Ubicast et La Cantine (il doit y avoir des « torrent » qui trainent par-ci par-là pour récupérer toutes les conférences d’un coup certainement). Première étape les télécharger puisqu’elles sont disponibles au téléchargement sur l’onglet ‘information et partage’ une fois qu’on a cliqué sur ‘voir la vidéo’, et les renommer pour s’y retrouver. Pour ce premier renommage, on va adopter la veille méthode qui a fait ses preuves, l’horodatage. Pour chacun des MP4 récupérés, on le renommera ainsi : AAAA-MM-JJ-YYY-Titre-de-la-conference.

Explications : AAAA représente bien entendu l’année, MM le numéro de mois en deux chiffres et enfin JJ le jour du mois. Ces premières indications nous permettront de conserver la chronologie d’une année sur l’autre, et surtout d’un jour à l’autre au sein d’une même année. Le Titre-de-la-conference est comme son nom l’indique le sujet débattu par les intervenants. A votre convenance pour cette partie ; dans le doute (surtout pour moi vu la piètre qualité de l’autoradio), privilégier les noms courts, sans accents ni caractères spéciaux. Enfin, YYY sera le numéro, en trois chiffres, de l’ordre de la conférence dans la journée ; de sorte de conserver la chronologie entre les conférences d’un même jour la même année. Ouf ! Cela peut sembler compliqué à énoncer, mais c’est plus simple à effectuer ;) Exemple avec les deux premières de l’année 2011 disponibles au téléchargement : « va chercher hashzor ! » et « datalove », qui vont devenir respectivement « 20110617-001-va-chercher-hashzor.mp4 » et « 20110617-002-datalove.mp4 ». Le nom d’origine est à chaque fois « low.mp4 » pour ces deux fichiers, dans notre exemple. On télécharge donc tous les fichiers voulus sur cette même méthodologie dans un répertoire commun MP4.

Maintenant, procédons à la conversion des fichiers obtenus. Je me cantonnerais à du simple MP3 en format de sortie, là encore les contraintes de mon autoradio pourri ne me laissant pas d’autres choix :p Je vous propose comme outil MediaEncoder.

L’outil est gratuit… Mais contrepartie (cf Mécanique de la gratuité), le site a quelques publicités et le setup d’installation une barre d’outils. Attention à ne pas vous laisser abuser par les fenêtres de publicité avec de gros boutons « download » qui laissent supposer que l’on va télécharger l’outil indiqué alors qu’on part sur complètement autre chose. Les liens de téléchargement (ici pour Windows) sont indiqués sous les versions 32 ou 64 bit, avec le numéro de version (« 2011 R10-5220 » en écrivant le billet). Une fois téléchargé et installé (en prenant soin de ne pas installer les barres d’outils proposés avec, là l’ AOL toolbar), ignorer l’écran d’aide à la configuration (« wizard »), il n’y a plus qu’à le basculer en français, et laisser l’interface en mode « normal », l’apparence « expert » ne nous sera pas utile. Il y a quelques tutos sur le Web, notamment chez le hollandais volant. On y insère notre dossier MP4 et tous nos fichiers vont apparaître dans la fenêtre à cet effet. Sur l’onglet « Vidéo », nous désactivons la checkbox, sur l’onglet « audio » nous sélectionnons le format MP3. Sur l’onglet « son », on conserve en « Canaux » le mode « stéréo », on normalise en « multi-Samples » de sorte d’obtenir une cohérence de niveau de volume entre les différents fichiers (dans le cas où les sources ne sont pas d’un même niveau suivant les conférences), on peut éventuellement aussi accroître le Gain (cf le tuto chez le Hollandais Volant indiqué précédemment pour comprendre l’unité de mesure dB). Enfin, tout en haut à droite, on vient sélectionner un dossier cible mp3 pour y insérer les nouveaux fichiers obtenus, puis on n’a plus qu’à lancer la conversion multiple via « Start ».

Par ces manipulations, nous avons converti nos MP4 vidéo en MP3 audio en harmonisant les niveaux de volume, voire en l’ayant accru de façon globale et cohérente si vous avez utilisé la fonctionnalité Gain. A présent, après le renommage, l’encodage, je vous suggère le découpage. Là encore en raison des contraintes de mon autoradio pourri :D En effet, ce dernier ne permet pas les avances et retours rapides dans une piste sur le support numérique, uniquement basculer d’une piste à l’autre. Dans ce cas de figure, il vaut mieux que les pistes soient courtes, pour pouvoir reprendre plus facilement une conférence si on a besoin de couper l’autoradio pour diverses raisons (la petite pause réglementaire pour se dégourdir les jambes et rafraîchir les esprits toutes les 2h ou toutes les heures). Là je vous propose de simplement utiliser un outil en invite de commande qui fera ça très rapidement, mp3splt. Il a pas mal de fonctionnalités, mais nous allons juste nous contenter de découper chacun des fichiers MP3 en plusieurs parties de 5 minutes chacun, avec la commande suivante :

mp3splt –t 5.0 [Lecteur\répertoire\Nom_du_fichier.extension

(à titre d’exemple bien sûr, pour vous montrer la syntaxe ; il sera aussi possible de lancer une conversion multiple de sorte de ne pas à avoir la commande à saisir pour chacun des fichiers). Nous avons notre répertoire final, toujours respectant la chronologie, et découpé en parties sonores de 5 minutes qui nous permettra de reprendre facilement là où nous en étions restés après un arrêt. Note : dans mes exemples, mon minable autoradio lit le support USB par ordre croissant des noms de fichiers. Suivant le type de lecteurs –internes à l’autoradio, ou externes avec un autre moyen, il est possible que ces derniers lisent en fonction des numéros de piste, etc. Dans ce cas, il conviendra d’essayer et de tester afin de déterminer comment le support lit et traite les fichiers afin de l’anticiper et de l’inclure dans les propriétés des fichiers audio pour conserver la chronologie.

Voili voilou. Bon ça semble compliqué, mais pas tant que ça finalement. C’est juste une petite gymnastique. Il y a des outils qui pourraient permettre de tout faire en invite de commandes, et de presque-facilement l’automatiser par lots. Les plus aisés et dégourdis trouveront sans problèmes. En revanche, trouver un outil tout-en-un sous Windows, grand public (avec GUI facile d’accès donc) permettant de faire les manipulations demandées (conversion, normalisation, hausse du gain et découpage), je n’ai pas trouvé. En tout les cas, le but ici était juste de vous donner la méthodologie de traitement.

Pour finir sur un petit mot par rapport aux conférences de Pas Sage En Seine, elles sont très sympas à écouter, en mode audio/radio :p ; certaines s’y prêtent très bien, d’autres nettement moins. J’ai été enchanté de pas mal d’écoutes de conférences de cette manifestation. A découvrir absolument notamment (parmi tant d’autres), pour le ton et les propos, celles (2011 et 2010) de M. Serge Humpich (la photo Wikipédia a été prise justement à l’occasion de PSES2010).

Lien photo d’entête Flickr sous CC.

Le billet en PDF.

Publié par

Gof

Canard boiteux numérique ; juste intéressé, juste passionné.