Petites choses agaçantes et une inquiétante

A l’occasion de la lecture des flux RSS dans le cadre de la préparation des brèves, je tombe toujours, immanquablement, sur quelques liens agaçants. Non pas par leurs contenus, bien que cela arrive plus que fréquemment, mais par la forme et la structure des sites. Rien de plus agaçant que de ne pas avoir un titre valable dans le lecteur, de ne pas avoir ne serait-ce qu’un chapeau pour introduire l’article (son absence obligeant à aller consulter la page, bien souvent bourrée de publicités),  d’avoir un article tronqué dans le lecteur et de devoir poursuivre sur le site d’origine, ou de tomber sur une page à clic pour pouvoir accéder au contenu… Rhaaa que ça m’agace ! Florilège à chaud, non succinct, dans un petit billet rapide et pas très argumenté.

Je me protège de la publicité et des flux malicieux avec divers plugins, dont Noscript. Voici ce que Silicon affiche à la lecture de ses liens via un clic à partir du lecteur de ‘News’. Merci Silicon.

ElectronLibre n’est pas en reste, obligeant à activer le javascript pour consulter ses brèves. Merci ElectronLibre.

 

Reseaux-telecom avec son inscription handicapante pleine page à sa Newsletter… Merci Reseaux-telecom.

 

Et le dernier qui m’agace, et qui m’inquiète, que l’on peut parfois retrouver à l’occasion de surfs sur PcInpact (cf), Zataz (cf), Korben (cf) -des sites très populaires donc- et sûrement beaucoup d’autres (j’essaerais de faire un point à l’occasion), CloudFare, qui soit mouline et patine, soit vous prend pour un vilain et vous met en stand-by parceque vous vous avez ouvert 10 onglets d’un coup. Merci CloudFare…

CloudFare m’inquiète un peu (je vous invite à consulter ce lien provenant du blog officiel, et celui-ci de façon plus généraliste, expliquant un petit peu de quoi il s’agit). Ce n’est pas qu’un CDN à la Akamai, c’est plus que ça. C’est suite à une conversation en IRC hier que j’en ai pris conscience. A l’occasion de la fermeture de Megaupload (pleine actualité), je lis un peu partout que la centralisation c’est mal, que cette fermeture est l’occasion de revenir à de bonnes pratiques respectueuses du réseau et des échanges, de façon décentralisée. Or CloudFare, de par les avantages induits à court et moyen terme (protection contre les surcharges attaques, spams, optimisation du chargement des pages, disponibilité maximale des accès, etc.), centralise toutes sortes de sites petit à petit. Hasard du timing, Sebsauvage a fait un commentaire tout récent à ce sujet à propos de cette actualité.

Le projet ne survivrait sans doute pas un abus et changement de clauses d’utilisation. Néanmoins, c’est inquiétant. En tant que propriétaire de vos contenus, vous leur donnez le pouvoir de les modifier à la volée, d’insérer ou retirer n’importe quoi, de bloquer vos accès, de les rediriger. En tant que visiteur, vous leur offrez vos surfs, lectures, écritures, mots de passe, clics et compagnie. Un formidable bigbrother américain soumis à la législation américaine. Pour l’instant tout va bien, mais si… ? Même si l’un  des fondateurs est à l’origine du Projet HoneyPot et devrait -je suppose- induire un capital-confiance de fait, cela reste diablement inquiétant de donner consciemment un tel pouvoir à une boîte privée.

 

J’espère m’inquiéter pour rien et merci à mon interlocuteur IRC de m’éclairer de certains enjeux ;)

 

Crédit Photo originale Flickr sous CC.

 

Edition au 24/01/2012 : Sebsauvage a précisé et développé son point de vue dans un billet, intitulé CloudFare : le syndrôme Askimet ?

Certains développeurs sont très forts. Ils savent développer une application techniquement performante et la rendre simple à utiliser. Ajoutez à cela la gratuité, et quel webmaster oserait résister ? C’est ainsi que Google Analytics est présent sur 86% des sites web. C’est ainsi qu’Akismet filtre le spam sur une incroyable quantité de blogs et forums de la planète. Et c’est ainsi que CloudFlare protège des millions de sites… [Lire la suite].

Edition2 : J’ai fini par ôter le clown en image de billet, il me dérangeait à me regarder comme ça ^^. Pour les nostalgiques, il est toujours ici sur la page Flickr de son auteur. Il est vrai qu’un nuage est plus adapté pour évoquer Cloudfare. J’avais pensé au clown pour les cas qui m’agaçaient en amont de billet.

Edition3 : Je n’en finis pas d’éditer. Je rajoute la mention d’un mot public de Korben évoquant le billet de Sebsauvage (cf édition 1), et le commentant.

Edition4 : Un billet de Korben ces jours derniers, exprimant sa fatigue des extrémistes technologiques, où il reprend des éléments qu’il avait introduit notamment dans son premier commentaire. Comme évoqué dans le commentaire, il ne s’agit pas de diaboliser, ce n’est pas constructif. En cela, je partage cet avis de bon sens. Mais il s’agit de s’interroger : les réponses appartenant ensuite à chacun suivant ses moyens et possibilités. Lorsque l’on peut choisir en connaissance de cause, les choix personnels ne se discutent pas, mais c’est le en connaissance de cause qui me chagrine, car que cela soit pour Cloudfare ou d’autres services, les gens ne cherchent pas à s’informer ou n’en ont pas les moyens. (parce que « trop compliqué », alternatives pas faciles ou inexistantes, etc.). Ce billet de Korben me semble couper court à toute réflexion sur ces questions, estimant que tous les éléments sont connus de chacun. Ce qui ne me semble pas le cas.

Edition 5 : un billet à lire absolument, pour voir la tournure que prend la chose : Patching the internet. Certains s’en réjouissent, moi ça m’inquiète. (merci Lord du lien).

Mots-clés: , , ,