3402955869_5c79c8c7ef_z

Du bon site

Petit billet à destination des débutants. Il y a quelques mois, l’auteur de Nmap pestait contre Download.com qui avait intégré à son outil via un « installateur maison » une barre d’outils sponsorisée. La notoriété et le statut de l’auteur avait permis alors de rapidement obtenir gain de cause et obligé la société à communiquer, à retirer les éléments incriminés pour laisser l’installateur en l’état et à modifier ses pratiques.  

Download.com n’est (n’était) pas le seul à avoir ce genre de pratiques. De grosses vitrines font de même. Softronic, 01.net, Clubic.com, BrotherSoft, etc. pour ne citer que les plus populaires, incluent dans leurs « installateurs maisons » des barres d’outils, programmes additionnels, etc., suivant les propositions commerciales et partenaires du moment. Cette semaine, c’est l’auteur de Notepad++ qui à la suite d’un billet de Malekal Morte monte au créneau pour dénoncer ces usages. En substance, 01.net lui répondra qu’il ne devrait pas s’en plaindre, et au contraire se féliciter de profiter ainsi de la notoriété de BFMtv… Le monde à l’envers. Malekal Morte revient régulièrement sur ces fichiers d’installation modifiés, légalement ou non, pour inclure des partenaires commerciaux. Sebsauvage râle souvent après ces procédés également.

La composante parasite est indéniablement un revenu non négligeable. N’étant pas éditeur de logiciel, non seulement 01Net profite financièrement de ce qui ne lui est pas dû, mais le plus important est qu’il pollue les logiciels libres en les rendant moins sécurisés et en associant leur nom et leur notoriété à des logiciels parasites alors que les auteurs se battent pour fournir un installeur propre et sûr. L’action de 01Net est inadmissible. (Source ‘Notepad++ : outil de promotion BFMTV à son insu sur 01Net‘).

Ces pratiques sont populaires pour différentes raisons. Pour un jeune développeur peu connu, l’exposition qu’offrent ces grosses vitrines lui fait profiter d’une médiatisation bienvenue pour faire connaître son travail. L’auteur est alors flatté et heureux de voir son outil ainsi valorisé et disponible sur les grosses plateformes. Il ne voit pas forcément à mal. Il s’assurera surtout que celles-ci mettent à jour régulièrement leurs fiches pour disposer des versions les plus récentes de l’outil qu’il propose, sans faire attention que par la suite se sont greffés des partenaires commerciaux inclus à son outil. Pour les développeurs et auteurs plus confirmés, ils n’ont guère le temps de chasser toutes les plateformes proposant leur outil au téléchargement, et s’inquiéteront donc de réagir quand leur probité est mise en cause suite à une actualité virulente.

Pour les plateformes, cela leur permet de profiter de la notoriété -acquise ou en devenir- d’un outil en licence libre (suivant les licences) afin d’y inclure des partenariats commerciaux leur profitant directement et financièrement, aux dépens des auteurs et de leur réputation bien souvent. A terme en tous les cas, le don d’outils développés en licence libre semble parasité par de gros prestataires mercantiles. Et les petits développeurs sont plutôt démunis face à ces procédés. Il y a bien quelques grosses plateformes de téléchargement à peu près sérieuses qui proposent l’installateur de l’outil cherché en version non modifiée, mais on n’est pas à l’abri d’un changement d’utilisation des conditions d’utilisation.

Partout est conseillé de télécharger à partir du site éditeur un programme, afin d’être certain de profiter de la version la plus récente, et surtout de ne pas avoir une version polluée par un tiers à l’insu du développeur (car je n’évoque pas les cas d’ « installateurs » pollués par l’auteur lui-même. La difficulté est alors importante parfois pour retrouver le véritable site d’origine d’un programme. Car, là aussi, les premiers résultats des moteurs de recherches sont souvent accaparés par des sites n’ayant rien à voir avec l’auteur.

Comme il est impossible de se souvenir et de connaître tous les liens des véritables sites éditeurs lorsqu’on veut télécharger un outil, je vais vous faire part de mes petites astuces personnelles –vite fait- pour m’assurer de bien télécharger un outil du bon site. Rien d’exceptionnel, il s’agit juste de profiter des fiches des grosses plateformes ou de sites de copains sérieux.

Exemple avec le cas Notepad++ dont le véritable site de l’auteur est celui-ci : http://notepad-plus-plus.org.

 

  • Sur 01.net (si vous ne pouvez ou ne voulez éviter ce site, bien que leurs pratiques sont inacceptables), les liens de téléchargement « éditeur » se retrouvent sur le nom de l’auteur, sous le nom de l’outil, lorsque le lien est disponible, ce qui ne semble pas toujours le cas. Ici, de la destination de sourceforge.net, on peut ensuite rebondir sur le site de l’auteur.

  •  Sur Clubic, il y a une subtilité trompeuse, à mon avis volontaire, qui peut facilement induire en erreur. La partie « publié par » n’est pas un lien en direction de l’auteur, mais un lien en direction du profil de la personne ayant rédigé la fiche. Le lien de l’ « éditeur » se trouve un peu plus bas sous le descriptif et logiciels similaires.

  • Sur Softpedia, qui semble « sérieux », il faudra cliquer sur le nom du développeur pour atteindre sa fiche de profil et ensuite facilement retomber sur le site original.

 

  • Sur MajorGeeks, autre site « sérieux », le lien original est simplement délivré sur la mention de l’auteur, sans ambiguïtés. De plus, le lien de téléchargement donné l’est directement du site éditeur.

 

  • Sur Softonic, le lien est disponible sur le nom de l’auteur.

 

  • Sur Cnet.com, là aussi il faut cliquer sur le nom de l’auteur –disponible plus bas sous la mention « publisher’s description » pour se retrouver sur une fiche profil où l’on peut enfin atteindre le site original.

 

  • Pour évoquer quelques sites de copains, sérieux, je vous conseillerai Libellules.ch où les liens de téléchargement sont toujours ceux de l’auteur et où est fait mention systématiquement du lien en direction du site éditeur, via le mention « Page Officielle », et Zebulon (pas d’exemple ici avec Notepad++) où le lien éditeur apparaît dans l’encart sous la mention claire « Editeur ».

 

  • Sans oublier, pour finir, les fiches Framasoft, qui sont limpides aussi, le lien éditeur se trouvant sous la mention « Site officiel et Téléchargement » (en gras).

Je n’ai pas abordé Commentcamarche.net, où semble-t-il les liens de téléchargements des outils le sont (en serveur 1) des pages de l’éditeur, mais où n’apparaît pas en tout cas de liens cliquables en direction du site original sur la fiche de présentation de l’outil bien que le nom de l’éditeur apparaisse en toutes lettres.

A destination des débutants essentiellement, ces petites astuces devraient vous permettre de retrouver rapidement votre chemin en direction du vrai site éditeur de l’outil que vous souhaitez téléchargez. Ici, j’ai pris Notepad++ en exemple, mais la logique de chacune des plateformes est la même quel que soit l’outil cherché. Par paresse, ne vous contentez pas des liens directs des strictes plateformes de téléchargement, mais privilégiez les liens éditeurs, à partir du site original, pour éviter les mauvaises surprises.

 

Lien Crédit photo Flickr.

 

EDIT1 : après Clubic qui s’est excusé auprès de Don Ho et qui a modifié sa procédure d’intégration d’outils et de proposition de téléchargements (voir les commentaires au billet de Malekal Morte), au tour de 01.net de s’excuser et de changer aussi sa façon de procéder…

Publié par

Gof

Canard boiteux numérique ; juste intéressé, juste passionné.

9 réflexions au sujet de « Du bon site »

  1. Mise à jour pour intégration des liens relatifs aux excuses de Clubic et 01.net… A croire qu’il n’y a qu’en faisant le buzz qu’il est possible d’obtenir gain de cause.

    Le bon sens, l’intégrité, sont-ils des oxymores à la monétisation ? That is the question. -_-

  2. Sebsauvage propose deux méthodes pour trouver un site officiel. Via un outil collaboratif comme WOT et via des moteurs de recherche respectueux comme DuckDuckGo.

    Voir son billet ici : Lequel est le bon ?

    1. A mon humble avis, les réponses (update) que tu fais à tes sujets mériterais une re-publication dans le flux rss :D Toujours bon à prendre, et parfois passé à l’as (la preuve, je la découvre que maintenant).

      Merci de ton travail de suivi :)

        1. Si tu trouve comment re-publier le flux RSS après une update, je suis fortement preneur :)

          Jamais de trop pour des erreurs ou des mea culpa :)

  3. et c’est avec ce genre de pratiques que des monsieur tout le monde qui cliquent « suivant » sans lire ce qui est écrit dans le processus d’installation, qui se retrouvent avec un ordi qui rame et un navigateur avec 12 barres de recherches.

    Comment faire du beurre sur le dos des autres

Les commentaires sont fermés.